Document sans titre
Document sans titre
Présentation
Contacts
Actualité
Cisterciennes
Monastère de la Paix Dieu
Vie contemplative
  Nouvelles de la communauté - Retour accueil site diocésain

 


Dernière mise à jour : 09 décembre 2012

 

Cisterciennes de Cabanoule
ou l’ aventure oecuménique...

2012, année de visibilité de la vie religieuse.
A cette occasion le service diocésain de la communication va à la rencontre des communautés religieuses présentes dans le diocèse... Voici les fruits de sa dernière rencontre avec Elisabeth, prieure des Cisterciennes du monastère de la Paix-Dieu, à Cabanoule, près d’Anduze…
 

Dieu fait miséricorde à ceux qui lui font confiance, mais encore faut-il avoir la patience d’attendre que le grain nouveau germe, et quelques fois accepter de «détricoter» l’histoire lorsqu’on a manqué un rang pour rebâtir sur des bases nouvelles plus conformes à l’Evangile vécu aujourd’hui. »
Il y a ceux qui parlent de l’oecuménisme et ceux qui le vivent, il y a ceux qui en ont fait une option prioritaire et ceux qui ont choisi de «donner chair à la prière de Jésus pour l’unité» selon la belle expression de Mgr Cadilhac, évêque de Nîmes, le 24 mars 1979.

Rencontre oecuménique avec les Soeurs protestantes de Pomeyrol et notre Evêque


Peut-on «réparer» l’histoire ?

Oui, en partie, en la dépassant c’est-à-dire en remontant vers l’Essentiel. La Mère Abbesse du Monastère cistercien de N.D. des Gardes en Anjou, interpellée, habitée dès son adolescence par la souffrance des divisions de l’Eglise, avait le désir ardent de travailler à l’Unité du Corps du Christ. Sous son impulsion, la fondation d’une communauté monastique fut réalisée en 1970 dans une région à forte densité protestante et marquée par un passé de violence entre chrétiens. Le projet était qu’une petite communauté vive simplement la vie cistercienne de recherche de Dieu dans le silence, la solitude, la prière et le travail manuel, la communion fraternelle et l’accueil. La prière serait particulièrement orientée vers l’Unité. C’est ainsi que la spiritualité monastique du désert est venue prendre chair sur ces terres cévenoles encore meurtries par les séquelles de l’abrogation de l’Edit de Nantes et la guerre des camisards.
Ce geste prend aujourd’hui encore plus de signification à l’heure où les catholiques prennent la mesure des torts qu’ils ont pu eux-mêmes faire aux autres et sont invités dans plusieurs domaines à un chemin de repentance. Nous sommes ici dans un pays où les protestants ont été marqués par les agressions des catholiques et où plus qu’ailleurs peut-être, il faut abandonner le syndrome du catholicisme majoritaire.
L’histoire au quotidien de la Paix-Dieu traduit cette préoccupation que souvent les catholiques eux-mêmes risquent de ne pas comprendre : l’oecuménisme n’est pas une option mais un choix premier, ce qui suppose que nous acceptions de ne pas avoir la vérité totale. Or, pareille démarche passe nécessairement par le désert comme lieu de la Rencontre Essentielle et par l’expérience communautaire « lieu de conversion » et dans laquelle tout peut être vécu en présence de Dieu. Pour Saint Bernard, le monastère est une Ecole de l’Amour où tout est chemin pour aimer. Au désert, l’unité se cherche d’abord à travers l’écoute de la Parole et de ce que l’Esprit dit aux Eglises dans le sillage de Vatican II, la purification du coeur, la conversion personnelle, la construction patiente de l’unité communautaire à travers l’acceptation des différences.

Comment «réparer» l’histoire ?

En vivant à fond leur vocation dès leur arrivée - l’ordre cistercien date d’avant la Réforme et ces religieuses font partie de l’Eglise indivise - et après un temps de dialogue et d’apprivoisement, elles ont vécu une relation d’estime réciproque. Avec une très grande discrétion, elles se sont glissées dans un terroir, achetant un mas qu’elles vont transformer au fil des années pour le rendre plus compatible avec leur vie de prière et de communauté, mais aussi avec le travail dont elles vivent.
Pour les gens de la région et pour leurs visiteurs, elles sont d’abord «les soeurs qui travaillent» et en cela elles sont en communion avec leurs frères. Leur savoir faire, elles l’ont acquis des frères protestants : construire un rucher, élever des abeilles et produire du miel, monter un élevage de chèvres, cultiver la lavande… Le premier témoignage c’est celui de la vie partagée !
Marche oecuménique

Comment «dépasser» l’histoire ?

En partageant la vie des gens du pays comme Jésus pendant 30 ans à Nazareth, mais aussi en proposant des actes porteurs de sens. C’est ainsi que depuis plusieurs années, elles ont développé une marche oecuménique qui amène catholiques et protestants, une année, de Cabanoule à la maison d’accueil de la fraternité protestante des Abeillères à St Jean du Gard, l’année suivante sur l’itinéraire inverse ; marche silencieuse partagée ensuite par des orthodoxes et ayant parfois comme destination les deux lieux monastiques orthodoxes de la région : le Skite St Foy et le Monastère de Solan. Au cours de l’une de ces marches, le rite ô combien symbolique du lavement des pieds a pu être célébré, donnant une vraie place à chaque confession chrétienne dans le chemin que nous faisons les uns vers les autres.

Comment poser les jalons pour l’histoire de demain ?

Le coeur de Dieu est un foyer rayonnant d’amour et plus on en est proche, plus on est sensible à ses bien
aimés : les pauvres, ceux qui à un titre ou à un autre sont marginalisés, frappés d’exclusion. C’est là aussi la fécondité de la communauté de la Paix Dieu puisée dans la prière des offices communs qui rythment la journée dès l’office des Vigiles. Jésus ne priait-il pas ainsi au désert dans ce temps purifié par la nuit ? Et n’est-ce pas pour nous un moment privilégié pour rejoindre les malades dans leurs angoisses et les travailleurs de la nuit dans la solitude ? Mais au-delà de cette proximité, le silence rend capable d’une qualité d’écoute que les religieuses de Cabanoule mettent au service de ceux qui sont stigmatisés par notre société, par exemple l’Association « Aux Captifs la libération », des handicapés ou des personnes homosexuelles. Le nouveau visage de l’oecuménisme n’est-il pas celui de l’universalité ?
Marcel Flory, Infocom

 Prédication du Pasteur Jean-François Breyne

 

Rencontre avec P.Placide, moine orthodoxe

 Noviciat protestant en visite à Cabanoule

 Une Soeur protestante de
Grandchamp en visite à Cabanoule
et Sr Monique

 

La lettre de nouvelles de 2010 vous présentait les différentes activités au monastère et le travail de chacune des sœurs. Cette année, nous vous proposons quelques temps forts de notre vie communautaire : des évènements heureux et d’autres moins heureux, des fêtes, des visites et des rencontres d’amitié, des journées de formation, des travaux … Autant de moments qui ne disent pas tout de notre vie mais qui ont tissé notre quotidien et  peuvent illustrer le verset du psaume 132 : « Oui, il est bon, il est doux pour des frères, des sœurs de vivre ensemble »  Nous avons plaisir à vous les partager.


DES EVENEMENTS HEUREUX


 Le 4 juin, le Jubilé des 50 ans de vie monastique de Sr Isabelle a sûrement été une expression de joie peu commune grâce à la présence de nombreux membres de sa famille et d’amis, au total 80 personnes. De ses 14 frères et sœurs, étaient présents  4 sœurs et 2 frères venus de Vendée ainsi que plusieurs neveux et nièces. Au cours de la célébration liturgique présidée par Monseigneur Wattebled, en présence de Père Hugues de ND des Neiges, Sr Isabelle a reçu le  bâton de jubilaire, taillé et sculpté dans un bambou de la bambouseraie d’Anduze. Il est clair qu’elle n’en a pas encore besoin pour marcher car elle trotte d’un bon pas dans la maison mais ce bâton sera peut-être un jour le soutien de sa vieillesse, comme le dit la liturgie.

 

    

 Le repas est très animé car la famille de Sr Isabelle est bien exercée dans l’animation des mariages, fêtes, anniversaires en tout genre. Chants, histoires drôles, acclamations, souvenirs, applaudissements, rires n’ont pas cessé de se succéder, sans oublier la remise du cadeau de la communauté à Sr Isabelle : un accordéon avec lequel elle s’est mise à jouer sur le champ ! Et nous avons recommencé la fête au jour « J », le 29 septembre (véritable date anniversaire de sa profession)  par un joyeux pique-nique-grillades dans nos bois.

    

Le 27 juin, nous avons aussi fêté les 80 ans de P. Marie et ses 50 ans de sacerdoce au cours d’une eucharistie présidée par notre évêque, Monseigneur Wattebled, avec la présence fraternelle de P. Bruno de ND des Neiges, suivi d’un pique-nique ... encore !

   

 

Le 20 juin est la date anniversaire de la Dédicace de notre église. Cette année, nous étions « en fête communautaire » avec Jean Vanier et Père Hugues et nous avons vécu ensemble le rite du lavement des pieds tel qu’il est pratiqué à l’Arche. Cette journée était la conclusion d’un travail d’audit que nous venions d’accomplir pendant six mois avec Dominique Fauconnier, consultant. Ce jour-là, Sr Isabelle a été nommée sous-prieure et Sr Claire-Elizabeth maîtresse des novices.

 

   

La journée porte-ouverte le 2 juillet a rassemblé une centaine d’amis et de membres de nos familles pour un  repas tiré du sac suivi de la visite du monastère au cours de l’après-midi. Chacun a pu ainsi découvrir nos lieux de vie, nos différentes activités et poser toutes les questions qui trottaient dans les têtes ! Cette journée conviviale est devenue désormais une tradition chaque année, le premier samedi de juillet. La prochaine journée aura donc lieu le samedi 7 juillet 2012.

   
   


DES EVENEMENTS MOINS HEUREUX

Il y a eu la mort de personnes proches et aimées : Henri, le papa de Sr Blandine-Marie au terme d’une vie « rassasiée de jours » : 99 ans !  Et Camillo,  le papa de Sr Pascale s’en est allé lui aussi à l’âge de 95 ans. Deux frères aînés de Sr Marie-Benoît, Michel et Jean-Marcel, sont eux-aussi partis dans la Paix de Dieu. Et puis un départ plus prématuré, inattendu, celui de Philippe, le frère de Sr Blandine. Au cours de ses derniers mois de maladie, nous avons prié avec lui. Son sourire reste inscrit dans nos cœurs.

 

   

 Papa de Sr Blandine-Marie…4 générations

 Papa de Sr Pascale

 Philippe

 


FORMATION

Les sessions de formation sont toujours des moments forts de notre vie communautaire. Quelques fois, Sr Simone et Sr Anne de Peyremale se joignent à nous.  Cette année encore, malgré un emploi du temps bien chargé, le Pasteur Elian Cuvillier nous a fait goûter la « Parole vive » et nous apprécions toujours autant ces moments de découverte et de recherche ensemble : cette année dans le Livre de l’Apocalypse et l’Epître de Saint Jacques. Le Père Henri Dumas  poursuit lui aussi le travail du chant liturgique avec sa patiente et gentille exigence. Avec le Père Michel Farin, nous visionnons deux films d'Alfred Hitchcock : « L'ombre d'un doute » et « La loi du silence ».  Ces sessions-cinéma, très animées, sont véritablement formatrices non seulement par l’exercice du regard sur l’image mais aussi par l’analyse du film et les échanges remarquablement bien conduits par notre animateur. Au mois d’octobre, Sr  Odette Sarda nous a aidées à revisiter notre liturgie avec intelligence, délicatesse et ouverture.

 

 

 

 Elian  Cuvillier

 Session-cinéma avec Michel Farin

Odette Sarda 

Sr Marie-Benoît a donné un enseignement sur la prière des psaumes à plusieurs groupes : de futurs diacres permanents, des prêtres, des équipes Notre Dame, des visiteurs d’hôpitaux d’Alès et a participé à une émission à Radio Grille Ouverte. Sr Marie-Christine et Sr Claire-Elizabeth poursuivent leur formation biblique avec l’Institut Catholique de Toulouse.

DES VISITES

 

 

 Frère Thomas

 

Visites d’un jour ou plusieurs jours, rencontres avec nos amis, joie du partage. Nous avons accueilli Père Guillaume du Mont-des-Cats qui a animé notre retraite communautaire et Père Vladimir, abbé de Lérins pour une visite d’amitié.  Père Guerric abbé de la Trappe, et plusieurs frères de cette communauté qui nous est devenue proche, se sont succédés pour visiter frère Thomas arrivé fin juin en vue de vivre un temps sabbatique. Il seconde Père  Marie et nous rend de multiples services bien appréciés. Sr M-Louise de Pomeyrol a pris un temps de repos  au mois d’août. Joie de revoir celle qui a été l’une des premières à nous visiter dès les débuts de la fondation. Au lendemain de la session des évêques à Lourdes, Mgr Wattebled est venu nous partager des nouvelles du diocèse de Nîmes et de l’Eglise de France. Mgr Jean-Pierre Cattenoz notre voisin toujours fidèle est revenu à la fin de l’été avec son conseil épiscopal pour préparer la nouvelle année pastorale.

 

DES RENCONTRES

Pendant la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, nous avons accueilli Antoine et Georgina Dufoix : ce que nous avons vécu et partagé ensemble restera longtemps gravé dans nos cœurs et depuis, Antoine est devenu un précieux conseiller pour la culture de nos oliviers. Riche de son expérience de plantation de 800 oliviers, il est tout à fait à même de nous guider pour rendre prospère notre modeste culture de 50 oliviers. Nous avons eu cette année notre toute première récolte d’olives : 11 kilos ! Peu de temps après, un groupe de paroissiens protestants  de Nîmes est venu vivre un week-end de réflexion et de retraite avec le Pasteur Jean-François Breyne, notre ami de longue date, qui nous a offert une belle prédication le dimanche. Après nos amis protestants, ce fut une belle rencontre avec notre amie orthodoxe roumaine Adriana venu nous parler de son pays et de l’Eglise orthodoxe en Roumanie.

    

 Antoine et Georgina

Jean-François Breyne

Jean-François Breyne

 Adriana

 

Rencontre avec notre nouveau curé, Alain Noblet accompagné de Jacques, prêtre du Burkina Faso, en aide sur le secteur pendant un an. Notre échange nous a permis de mieux connaître la réalité de notre paroisse et la mission de Père Alain sur un secteur géographique très étendu. Rencontre avec Isabelle et Guillemette pour la remise d’une nouvelle tapisserie (le passage de la mer rouge) qui accompagnera la liturgie de la prochaine veillée pascale. Joie aussi d’accueillir le groupe des jeunes scholastiques Oblats de Marie Immaculée accompagnés de leurs formateurs dont le Père Bernard Kéradec. Pour  la 5ème année consécutive, nous avons accueilli un  groupe de 11 jeunes jésuites « du mois Arrupe » accompagnés par P. Philippe Robert de Lille et P. Jacques Gebel de Reims. Ces jeunes venaient de  Colombie, du Pérou, de Pologne, d’Italie, du Bénin, de Malte, du Vietnam, de France. Des Petites Sœurs de l'Assomption sont venus en retraite : 5 postulantes vietnamiennes et leurs deux accompagnatrices.

 

 

DES TRAVAUX

L’an dernier, nous avions lancé un appel à l’aide pour la poursuite du défrichage en prévention des incendies de forêt. Les fidèles ont poursuivi leur travail, de nouveaux se sont joints aux anciens. Merci à tous pour le travail.

    

  Défrichage manuel

 Défrichage énergique

Défrichage mécanisé

 Escaliers de bois

 

LA TORNADE DU 4 NOVEMBRE

Elle est arrivée en pleine nuit à 23h30, elle a duré 30 minutes et voilà ce que nous avons découvert au petit matin : des arbres déracinés, des tuiles arrachées, des bancs de fer emportés sur plusieurs mètres ! Et une fois encore, dès le lendemain de la tempête, nous avons bénéficié d’un large réseau de solidarité. Beaucoup d’amis et de voisins munis de leurs tronçonneuses sont venus nous aider à dégager les chemins et les bois encombrés de nombreux arbres. Aujourd’hui encore, le travail  se poursuit.

    

 

ET LE BON MOT DE LA FIN ...

Un enfant nouvellement arrivé au catéchisme demande : "C'est qui, Jésus ?".
La catéchiste tente d’expliquer du mieux qu’elle peut  et l’enfant lui répond :
"Ah oui, il s'est arrangé pour naître à Noël ? »

"A vous, amis qui êtes proches de notre communauté,  à vous parents, frères, sœurs, toutes nos familles, à vous tous qui êtes venus nous visiter au cours de cette année, à vous qui attendez de nos nouvelles, nous vous assurons de notre affection et de notre prière. Nous vous souhaitons une très  belle fête de Noël car Dieu « s’est arrangé » pour venir à nous et se faire présent à nos vies. Il le sera pour chacun de vous tout au long de la nouvelle année."   

 


A partir du mois d’octobre 2011,

5 propositions

pour venir à la rencontre de notre vie monastique

comme les 5 doigts d’une main tendue

  Proposition 1 : Hôte en retraite

Un séjour à l’hôtellerie pour s’arrêter, prier, se re-poser en Dieu.

Avec la participation à la prière liturgique, les repas en silence, la rencontre éventuelle d’une sœur pour être écouté …

Contact : accueil.cabanoule2@orange.fr

Proposition 2 : Volontaire

Volontaire pour un jour, une semaine, un mois ou plus.

Un temps pour vivre au rythme de la vie monastique par la prière et le travail …

Contact : prieure.cabanoule@wanadoo.fr

  Proposition 3 : Défricheur

Participer au défrichage du domaine de Cabanoule pour la prévention des incendies de forêt …

Contact : prieure.cabanoule@wanadoo.fr

Proposition 4 : Scouts et guides

Un espace près du monastère avec un abri sont à la disposition de scouts et de guides qui désirent camper (week-end, camp d’été, etc.) et participer à un projet concret de la communauté des sœurs …

Contact : ecocabanoule@orange.fr

Proposition 5 : V.V.D pour les 20-40 ans

« Viens, vis et deviens » : vivre un temps (1 à 3 mois) l’expérience de la vie communautaire en vue d’approfondir sa foi en Jésus-Christ et de discerner l’appel de Dieu dans sa vie.

Contact : ecocabanoule@orange.fr

_____________________________________________________________________ 

Un projet

 

Vélos Cabanoule Madagascar

 

Document sans titre